Accueil ::> S’INFORMER ::> EXAMENS ::> SUJETS DES EXAMENS ::> LYCÉE (BACCALAURÉAT) ::> Sujets 0 Epreuve anticipée Série S

Sujets 0 Epreuve anticipée Série S

lundi 14 mars 2011, par Anne Boucker, IPR.

Deux propositions d’annales zéro pour la nouvelle épreuve anticipée d’histoire-géographie en série S (session 2012)

Chères et chers collègues,

La note de service sur l’épreuve d’histoire-géographie anticipée au baccalauréat pour la série S, applicable à compter de la session 2012, est parue au Bulletin Officiel n° 5 du 3 février 2011. Elle porte sur les programmes définis par l’arrêté du 21 juillet 2010.
Les « sujets d’essai » proposés par le groupe d’experts de l’IGEN sont destinés à vous permettre de mieux appréhender les attendus de cette épreuve.

Nous souhaitons dès lors attirer votre attention sur certains points nouveaux qui doivent avoir des incidences sur le travail effectué avec les élèves dès ce troisième trimestre de Seconde. En effet, la structure de l’épreuve et la nature des exercices introduisent quelques changements notables par rapport aux épreuves antérieures.

La composition, que ce soit en Histoire ou en Géographie, devient une obligation pour tous les élèves, puisqu’elle est la première partie de l’épreuve. En y préparant leurs élèves, les enseignants devront tenir compte du fait que la composition est ici d’une durée de 2 heures et que le niveau d’exigence, pour des raisons évidentes, ne saurait être celui d’une classe actuelle de terminale. Il y a donc tout un travail à réaliser sur les critères d’évaluation de cet exercice, tant en termes de contenus, qu’en termes de capacités à maîtriser.

Les changements introduits dans la deuxième partie sont encore plus importants. Les exercices d’analyse de documents en Histoire comme en Géographie, sont désormais limités à un ou deux supports, très riches par leur contenu ; l’étude d’un dossier documentaire ne se justifie donc plus dans le cadre de la préparation à l’épreuve. De plus, ces documents sont accompagnés « d’une consigne visant à orienter l’analyse... ». Celle-ci est de portée générale, ce qui induit donc la disparition des questions ponctuelles et guidées telles qu’elles se pratiquaient jusque là. Cette consigne vise enfin explicitement à développer chez les élèves la capacité d’analyse critique des documents, puisqu’il leur est demandé d’en montrer les apports et les limites pour traiter d’une question historique ou géographique.

La réalisation d’un croquis correspond à une pratique habituelle dans le cadre des épreuves actuelles de terminale. En revanche, la réalisation d’un schéma d’organisation spatiale, fondé sur une représentation symbolique, schématisée d’un espace et sur la mise en valeur de logiques d’organisations spatiales est une nouveauté. Les élèves sont dès le collège habitués à la lecture, à l’analyse et à la production de représentations cartographiques, ce travail doit donc être poursuivi et amplifié dès leur arrivée au lycée.

Il faut faire ici la même remarque pour la composition : il s’agit d’une évaluation de fin de première, les critères de notation ne peuvent donc pas être identiques dans leur exigence à ceux de la classe terminale actuelle.

Enfin, l’épreuve orale dite de « rattrapage » pour les élèves de la série S aura bien lieu en fin de terminale, mais sur le programme de Première. Seuls les élèves qui en feront le choix (selon le principe des épreuves du second groupe) subiront cette épreuve.

Ces principes généraux devraient se voir confirmés dans les futures épreuves de Terminale L et ES. Nous nous attacherons, dans le cadre de futures formations et du développement du site académique disciplinaire, à accompagner ces modifications et à réfléchir à vos côtés pour faire réussir l’ensemble des élèves.

Anne Boucker - Bruno Descamps
IA-IPR Histoire – Géographie