Enseigner l’oral en LP : Co-intervention, PFMP et argumentation

Morgane ROUBY-RICHARD enseigne les lettres-histoire-géographie au lycée professionnel Albert Sorel sur les bords de l’estuaire de la Seine à Honfleur.
Elle propose ici deux séquences très intéressantes qui permettent de travailler l’oral avec des outils numériques en lycée professionnel.
La première de ces séquences prend place dans le cadre de la co-intervention et porte sur le rapport d’activité élaboré par les élèves lors de leur Période de Formation en Milieu Professionnel (PFMP). La COVID étant passé par là il a fallu adapter la restitution orale et grâce aux outils numériques il a été possible pour les élèves de s’entraîner malgré tout.

Module J’écris et je dis mon métier…

Niveau de classe : 1er bac pro constructeur bois
Matière : Co-intervention (Français – atelier)
Durée séquence : entre 7h et 8h

Objectifs :
-  Préparer à l’épreuve E.31 : réalisation et suivi des ouvrages en entreprise : un compte rendu d’activités à l’écrit et un compte rendu d’activités à l’oral de 10 minutes
-  Maitriser la transmission des informations, mais aussi expliciter une tâche, argumenter à l’oral ou à l’écrit en prenant en compte la situation de communication et en ayant recours à un langage adapté.

Démarche :
Durant leur PFMP de quatre semaines les élèves remplissent un journal quotidien. (Tâches réalisées, outils employés, EPI…)
A partir de ce cahier de bord ils doivent réaliser :
-  Un compte rendu d’activités à l’écrit « type rapport de stage »
-  Un oral de 10 minutes présentant de manière détaillée une activité réalisée durant la PFMP

Morgane ROUBY-RICHARD :

« Le confinement a perturbé le déroulement de « l’étape orale » puisque la présentation orale du compte rendu d’activités devant leurs camarades et leurs deux professeurs était prévue pour le retour en classe. La crise sanitaire et le confinement en ont décidé autrement.
Il a donc fallu être créatif. Et j’ai demandé aux élèves de filmer avec leur portable leur diaporama à l’écran d’un ordinateur et d’enregistrer leur oral en même temps. Cette vidéo devait m’être envoyée ainsi qu’à la classe par le moyen de leur choix. »

Quels sont les points forts du dispositif ?
-  Les élèves sont plus sereins à l’oral car pas soumis au regard du groupe.
-  L’enregistrement et le support numérique donne au professeur l’opportunité, lors du retour en classe, de réutiliser les oraux pour faire une analyse approfondie avec les élèves : la co-intervention permet ainsi de travailler sur la forme de l’oral (français) et sur le fond (atelier).
« Le retour est vraiment constructif car à l’écoute de leur prestation les élèves peuvent s’entendre et analyser eux-mêmes leurs prestation, repérer et corriger leurs erreurs mais aussi identifier leurs points forts et leurs réussites. C’est un véritable moment d’autoévaluation et de remédiation. »

Evaluation par les pairs et argumentation

La seconde séquence est proposée dans le cadre du cours d’histoire et de français durant une période en distanciel.
La classe de 1ere bac pro mixte constructeur bois et logistique se voit confier la tâche de construire des frises sur la 2nde guerre mondiale puis dans un second temps d’évaluer quelques-unes des frises en réalisant une restitution argumentée orale à distance en utilisant le simplissime vocaroo (https://vocaroo.com/) .
Matière : Histoire et français
Durée activité : entre 4h et 5h
Objectifs :
-  Maîtriser l’échange oral
-  Confronter des connaissances et des expériences pour se construire
-  Aiguiser l’esprit critique : argumentation

Démarche :
Durant la période de confinement, les élèves étaient en distanciel et il a fallu adapter les activités pour continuer à avancer.
Dans un premier temps, en histoire, les élèves ont réalisé une frise chronologique sur le déroulement de la seconde guerre mondiale à partir d’une vidéo dont ils devaient extraire les éléments chronologiques essentiels.

Morgane ROUBY-RICHARD :

« Ensuite, en lettres-histoire, j’ai sélectionné 4 – 5 de ces frises que j’ai données aux élèves en leur demandant de réaliser un tableau comparatif avec les points positifs et les points négatifs de chacune. A la suite de ce travail les élèves devaient construire et enregistrer sur Vocaroo un oral argumentatif, expliquant laquelle de ces frises ils trouvaient la plus pertinente et pourquoi. A l’appui de ce travail ils disposaient du cours de français sur l’argumentation qu’ils devaient utiliser et dont ils devaient mettre en œuvre les éléments essentiels. »

Le point fort de ce travail intégrant français et histoire est de permettre au professeur de repartir des oraux pour faire une analyse approfondie avec les élèves.
Cette façon de travailler représente également un gain de temps certain et permet de faire s’exprimer tous les élèves, ce qui en présentiel ne serait tout simplement pas possible (32 élèves).

Ce que l’on peut retenir :

-  L’oral est à la fois un outil d’apprentissage et un objet d’apprentissage. Par son caractère transversal il trouve facilement sa place dans les projets interdisciplinaires et notamment en lycée professionnel dans la co-intervention.
-  En présentiel comme en distanciel, grâce aux outils numériques, l’oral se libère de l’unité de temps et de lieux que nécessitait jadis sa mise en œuvre. Il peut sans difficulté être réalisé en distanciel, en synchrone ou en asynchrone.
-  En lycée professionnel comme en lycée général ou en collège, les outils numériques permettent d’enrichir la palette des activités et de démultiplier le temps de parole de chaque élève. Ils sont de ce point de vue un outil intéressant d’inclusion et de différenciation dans nos classes.
-  Les enregistrements audio ou vidéo des oraux d’élèves, offrent la possibilité d’un véritable travail sur l’évaluation de l’oral, par l’enseignant mais aussi par les élèves eux-mêmes. Ils ouvrent la voie d’une réelle auto-évaluation facilitée par la phase d’évaluation par les pairs.
Pour tout renseignement : morgane.rouby@ac-normandie.fr

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)